Triste nouvelle

La Ville est en deuil.

Monsieur Jean Tragin, ancien adjoint aux associations, au sport et aux finances de la Ville est décédé.
Elu pendant 7 mandats, jusqu’en 1995, il fut le principal artisan du complexe sportif de Saint-Prix, une ville à laquelle, attaché, il a consacré beaucoup de temps.
Toutes nos pensées vont vers sa famille et ses proches.

HOMMAGE A JEAN TRAGIN

Jean Tragin, un grand serviteur de la commune de Saint Prix, s’est éteint le 22 octobre dernier, à la veille de ses 93 ans, victime du coronavirus. Ses obsèques eurent lieu à Notre-Dame de la Vallée à Saint Prix le 3 novembre.
Cadre de la SNCF, venu s’installer à Saint Prix en 1957, rue Victor Hugo, il a été élu au conseil municipal dès 1959, dans l’équipe menée alors par Ulysse Poitevin, retraité de la SNCF. Sa liste fut reconduite en 1965 et Jean Tragin fut alors élu maire-adjoint en charge de la Jeunesse et des sports. A ce titre, au fil des années, il fut à la base de la création d’un certain nombre de sociétés locales. C’est surtout à partir de 1966, que je fis sa connaissance et que je devins son grand ami. En effet, en mai 1966, il fit entre autres appel Georges Morin et à moi-même pour fonder le Tennis Club dont nous fumes respectivement le président fondateur et le secrétaire général fondateur.
En 1971, Ulysse Poitevin s’étant retiré, c’est la liste conduite par Christian Dufresne qui fut élue, liste dans laquelle figuraient bon nombre de conseillers sortants, tels Robert Assier, Charles Piétri et bien sur Jean Tragin. Je figurais sur cette liste, sur la proposition de ce dernier, et je me suis particulièrement intéressé à l’élaboration du POS (Plan d’Occupation des Sols) qui reconfigurât assez profondément la commune au fil des années pour lui donner son aspect actuel.
La liste de Christian Dufresne fut reconduite en 1977, en 1983 et en 1989. Robert Assier, Charles Piétri et Jean Tragin y furent à chaque fois réélus en qualité de maire-adjoint. Pour ma part, j’y fus élu en 1977 à la même responsabilité en charge de l’urbanisme et de l’information. En plus de la jeunesse et des sports, Jean Tragin prit en charge les finances durant deux mandats et les travaux et toujours les finances lors de son dernier mandat de maire-adjoint.
En dehors d’avoir su gérer les finances communales de main de maître durant 24 ans, tous les saint-prissiens se souviennent qu’il fut le grand artisan de la création et de la construction du complexe sportif. Tout le mérite lui en revient car il a dû vaincre beaucoup de réticences et notamment celles du maire. Grâce à l’appui que notamment Robert Assier et moi-même lui avons apporté, il a réussi à convaincre le maire de mener à bien ce projet auquel il fut curieusement donné, quelques années après sa réalisation, le nom de complexe sportif Christian Dufresne. Modeste consolation, la grande salle polyvalente fut baptisée salle Jean Tragin !
En 1995, il fit partie de la liste de Guillaume Dufresne qui fut battue par celle du docteur Enjalbert, mais il fut néanmoins élu conseiller municipal et il siégeât alors dans l’opposition.
Jean Tragin, œuvra donc pour la commune durant 42 ans, dont 30 en exerçant les responsabilités de maire-adjoint, et il laissera le souvenir d’un homme droit, compétent, ne comptant pas son temps ni sa peine, doté d’un caractère ferme mais à l’esprit très ouvert.
Il avait été décoré de la Médaille de la Jeunesse et des Sports. C’est bien le moins que l’on lui devait pour tout ce qu’il a donné à son si cher Saint Prix.
C’est avec infiniment de tristesse que je pleure la disparition d’un si merveilleux ami de plus d’un demi-siècle et j’ai une pensée toute particulière pour son fils Didier, sa belle-fille Françoise, ses deux petits-enfants et son arrière petite-fille.

Roger BALLAND
Ancien maire-adjoint

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *