test

Bienvenue sur le site internet de la commune de Saint-Prix

Une transhumance pour préserver la biodiversité

Transhumance Saint-Prix

Samedi 23 juin, une grande transhumance intercommunale a été organisée entre Saint-Prix et Andilly.

Dès le matin, le troupeau s’est rassemblé pour un départ du parc de la mairie de Saint-Prix et a poursuivi son parcours en passant par les communes de Montlignon, Margency pour se terminer au parc des Huit Arpents, à Andilly.

« Nos villes d’Andilly et de Saint-Prix ont pris l’initiative de cette transhumance, en y associant Montlignon et Margency explique Jean-Pierre Enjalbert, Maire de Saint-Prix. Au-delà de cette animation familiale et bucolique, appréciée, je crois, par les nombreux participants, il faut souligner le message porté par nos communes. »

Car, depuis août 2011, la commune de Saint-Prix a recours au pâturage avec l’aide de moutons pour entretenir certains terrains dont un verger situé dans l’Espace Naturel Sensible (ENS). La commune d’Andilly et le SIARE pour ses bassins de rétention d’eau en font autant.

Ce mode d’entretien vertueux car respectueux de l’environnement a été mis en place en partenariat avec Plaine environnement. Ces ovins d’origine «solognote» permettent de tondre naturellement des parcelles sans que nous ayons recours aux engins mécaniques, préservant ainsi la biodiversité. Du fait de son coût moins élevé qu’une tonte classique et préservant ainsi la faune et la flore, la municipalité réitère chaque année ce mode d’entretien de plusieurs de ses parcelles sur la commune.

 

La race solognote qui était menacée de disparition, précise Jean-Pierre Enjalbert, retrouve sa place et doit sa survie à l’action d’éleveurs passionnés

 

Mais la transhumance et l’éco-pâturage ont aussi pour ambition de préserver la biodiversité et de permettre le retour de l’animal en ville. Ainsi, « la race solognote qui était menacée de disparition, précise Jean-Pierre Enjalbert, retrouve sa place et doit sa survie à l’action d’éleveurs passionnés. C’est un message plein d’espoir qui montre qu’il n’y a pas de fatalité. Oui, nous pouvons et devons inverser le cours inquiétant que notre société a malheureusement pris en maltraitant le monde animal et végétal ».

Cette initiative s’inscrit dans le droit fil des actions menées depuis quelques années par la municipalité (collecte des déchets verts en hippomobile, suppression des produits phytosanitaires et autres pesticides pour l’entretien des espaces vert et fleuris, réduction de la périodicité des tontes…) qui lui ont permis d’être reconnue ‘’Capitale de la biodiversité’’ par NatureParif en 2016.

 

La transhumance de Saint-Prix, en 2017.

 

Vous êtes Hors connexion