HISTOIRE DE SAINT-PRIX


Une ville riche de son histoire

L’histoire de Saint-Prix a passé les siècles. Sa localisation, son patrimoine, les illustres personnages qui l’ont fréquentée ont tour à tour laissé leur trace dans ce qu’est la ville aujourd’hui.

C’est à l’époque gallo-romaine que la cité connaît son premier essor. Les habitations se développent et se pressent autour de la stratégique voie gallo-romaine Jules César qui reliait Lutèce (Paris) à Rotomagus (Rouen).

Au Moyen-âge, ce bourg gallo-romain s’appelle Tor. Plusieurs établissements religieux et féodalités seigneuriales se partagent alors ses terres, dont la plus illustre, la lignée des Montmorency. Au XIIIème siècle, une commanderie de l’ordre des chevaliers templiers, s’y installe. C’est Jean du Thor, trésorier du Temple, qui offrit à sa ville d’origine les reliques de Saint-Prix. L’important pèlerinage qui s’y développa durant tout le moyen âge incita les édiles, au XVème siècle, à rebaptiser la ville du nom du saint connu pour soulager les malades. Ce bourg médiéval, à la lisière de la forêt de Montmorency, est parfaitement préservé aujourd’hui.

Le XIXème siècle et l’arrivée du chemin de fer en 1846 transforment profondément la ville. La vallée de Montmorency devient alors une zone de villégiature pour les Parisiens et Saint-Prix se couvre de demeures de plaisance. Leurs longs murs et leurs arbres remarquables font encore aujourd’hui partie du paysage particulier et des atouts de Saint-Prix.

 

Des hommes illustres

Au cours de son histoire, Saint-Prix a été fréquenté par des personnes illustres.

Des rois de France y ont élu domicile pour profiter de la giboyeuse forêt de Montmorency comme Charles V, Louis X le Hutin, Jean II le Bon, Louis XI ou François Ier.

La ville fut, évidemment, longuement fréquenté par les chevaliers Templiers dont Jean du Thor à qui la ville doit son ancien nom et sa dénomination actuelle. Il a sans aucun doute fréquenté les représentants d’un des plus hauts lignages de France : la famille des Montmorency dont le château (Ecouen) est à quelques pas et qui abrite aujourd’hui le musée national de la Renaissance.

Saint-Prix fut aussi l’élue de scientifiques et d’écrivains. Dans la foulée de Jean-Jacques Rousseau qui pratiquait la botanique au château de la Chasse, de nombreux naturalistes travaillèrent dans notre ville dont le plus connu est Louis-Augustin Bosc.

A partir du milieu du XIXème siècle, ce sont les écrivains qui feront rayonner Saint-Prix. Victor Hugo en avait fait sa résidence estivale et y composa certains de ses plus fameux poèmes. A sa suite, Edmond Rostand, Jules Huot de Goncourt ou Jorge Semprun découvriront Saint-Prix.